Antonina Novarese

  • Le voyage de Jean-Yves Loude dans l'archipel du Cap-Vert en 80 jours.
    Un jour le gouvernement capverdien, la mission française de coopération et Radio France lui confièrent la mission d'enregistrer les musiques traditionnelles des neuf îles habitées, pour constituer les archives sonores du pays. C'est à cette occasion qu'il entendit pour la première fois la chanson du bagne de Tarrafal : une prison où étaient jetés ceux qui réclamaient la liberté à l'époque où le Portugal et ses colonies, dont le Cap-vert, subissaient une terrible dictature. Cette chanson alertait le monde sur l'existence des tortures qui y étaient pratiquées ; elle fut interdite et son auteur enfermé dans la forteresse. Pour ne pas oublier et pour transmettre aux enfants l'importance capitale de la liberté d'expression, une richesse à défendre à tout prix, toute sa vie, l'auteur a écrit ce conte.

    Voici l'histoire :

    Zé vit au Cap-Vert, seul avec son grand-père Ses parents ont fui la sécheresse et la misère A dix ans, Zé fait danser les gens des nuits entières A l'accordéon, on dit qu'il est hors pair En revanche, son école est plus que particulière C'est une ancienne prison dont le portail reste ouvert Les élèves y étudient tant que le soleil les éclaire Mais le soir, à minuit, la chanson d'un prisonnier s'élève dans l'air Y aura-t-il quelqu'un pour comprendre cet air de liberté ?
    Et si c'était Zé avec son accordéon en bandoulière ?

empty