Claude Le Roy

  • Le sorcier blond

    Claude Le Roy

    De la Normandie, où ses parents instituteurs communistes bretons lui transmirent une curiosité à toute épreuve, à l'Afrique où il deviendra un sélectionneur à succès, Claude Le Roy, joueur, entraîneur et commentateur vedette du football sur Canal+, conte son long vagabondage de « pousse-ballon ».
    Un demi-siècle de pérégrinations footballistiques a fait de Claude Le Roy un observateur original et sans concessions des évolutions du monde du ballon rond, toujours animé par la même passion pour son sport.
    Des vestiaires aux tribunes de ses victoires, celui qu'on surnomme le sorcier blond retrace cinquante années de souvenirs et d'anecdotes, sur le football évidemment, mais aussi sur les contrées traversées et les personnalités qui l'ont marqué.

  • L'or, de Blaise Cendrars

    Claude Le Roy

    • Folio
    • 24 Octobre 1991

    Un Essai Etude approfondie d'un grand texte classique ou contemporain par un spécialiste de l'oeuvre : approche critique originale des multiples facettes du texte dans une présentation claire et rigoureuse.

    Un Dossier Bibliographie, chronologie, variantes, témoignages, extraits de presse.
    Eclaircissements historiques et contextuels, commentaires critiques récents.

    Une Iconographie Des illustrations nombreuses et variées proposent une interprétation visuelle originale.

    Un ouvrage efficace, élégant. Une nouvelle manière de lire.

  • Montchrestien l'audacieux

    Claude Le Roy

    • H&d
    • 23 Octobre 2009

    Antoine naît à Falaise et meurt aux Tourailles.
    Une trentaine de kilomètres séparent le lieu de sa naissance de celui de son décès. Pourtant, de 1575 à 1621, quel chemin parcouru par ce jeune Huguenot audacieux, de la Normandie natale aux bords de Loire en passant par l'Angleterre et la Hollande ! Sa vie n'a pas été un long fleuve tranquille ! Tour à tour orphelin, domestique, étudiant, poète, industriel, économiste puis capitaine, Antoine ne prend guère de repos en ces quarante-six années de parcours.
    À son actif : six tragédies, des poèmes, un grand amour, deux duels, un exil, un traité d'économie politique, une entreprise à gérer et une rebellion à soutenir ! Et quelle époque ! Trois rois, quatre guerres de religion, et impossible de ne pas prendre position... La vie terriblement agitée et dramatique d'Antoine de Montchrestien ressemble à un roman... Voici le premier titre d'une tétralogie consacrée aux poètes de rime et d'épée.

  • Le trait d'union

    Claude Le Roy

    • Muse
    • 6 Février 2017

    A quoi tient le bonheur entre deux êtres ? Pour Luc et Lucienne, l'amour s'enflamme vite après deux rencontres, mais il se dégrade bientôt, dès que la routine piège la passion et que les caractères se découvrent et s'opposent La présence d'un enfant, celui de la jeune femme, contribuera-t-il à ruiner cette liaison ou bien à en ranimer le feu ? Deviendra-t-il à son insu le trait d'union qui reliera le couple ?

  • Après la disparition en 1826 de Delphine de Custine, sa mère, Astolphe, âgé de trente-six ans, assuma son homosexualité et consacra l'essentiel de son temps à voyager et à écrire. Entre deux séjours à l'étranger, il vivait à Paris avant de s'installer au château de Saint-Gratien qu'il avait acheté après la vente en Normandie du château de Fervaques. Dans ces deux résidences, il a reçu le tout-Paris des artistes et des écrivains. De même, il fréquentait volontiers les théâtres et les salons de la capitale. Ce mécénat, que sa fortune permettait, a pu le lier avec les célébrités des arts et des lettres : Chateaubriand, Hugo, Balzac, Stendhal, Delacroix, Chopin, George Sand et bien d'autres. Le « rendez-vous chez le marquis de Custine » figurait sur tous les agendas ! C'est aussi à ce rendez-vous que ce livre vous convie !

  • Delphine de Custine, follement amoureuse de René de Chateaubriand depuis un an, acquiert le château de Fervaques, en Normandie, sur la route de Bretagne, afin de recevoir son amant loin du monde. Celui-ci se fait désirer mais a finalement annoncé son arrivée. Le château a été rénové, tout est prêt en ce 22 août 1804. En compagnie de Mme de Cauvigny et du poète Chênnedollé - invités dont la présence avait été souhaitée par René -, Delphine, fébrile, attend la première visite de celui qu'elle nomme « le Génie ».

  • " Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui le savais ! "... En adressant à une passante inconnue le sonnet que lui avait inspiré leur brève rencontre, Baudelaire lançait une bouteille à la mer. Est-elle jamais parvenue à sa destinataire ? Cette histoire d'amour manqué a pourtant créé un frisson nouveau. Dès la publication du poème, l'étrange désir de vivre une seconde fois la scène bouleversante a poussé toute une lignée de lecteurs à la réécrire. Sur le mode de la variation ou du supplément, poèmes, contes, romans ou chansons ont multiplié, depuis lors, les rendez-vous avec la fugitive sans nom. D'un poème de circonstance est né ainsi un des mythes les plus secrets de la modernité, reconnaissable à son cortège de figures toujours fascinantes, éphémères et interdites, ainsi qu'à un répertoire de scénarios où la perte et l'écriture ne cessent de nouer, dénouer et renouer leurs relations. Si les femmes, depuis Baudelaire, ne passent décidément plus de la même façon dans la rue, c'est que certains extravagants guettent, un sonnet à la main, le retour de la passante.

  • Ce livre initie le lecteur aux secrets de la forêt au fil des observations de terrain. L'observation est un prétexte à la découverte des différents écosystèmes forestiers, de sa biodiversité (arbres et arbustes, champignons, algues, etc.) et des interactions entre les êtres vivants qui y vivent.
    L'auteur passe au crible les connaissances les plus actuelles sur la biologie végétale, depuis l'arbre en tant qu'individu jusqu'aux réactions chimiques au sein de la feuille quand elles expliquent son développement ou ses changements de couleurs. Ecologie, botanique, physiologie, biochimie sont les grandes disciplines auquel il est fait appel pour expliquer la forêt.

  • REINE DES ROSES ! Delphine de Custine (1770-1826) a longtemps, par sa beauté et son pouvoir de séduction, mérité cette appellation que lui donna dans sa jeunesse le chevalier de Boufflers. Et pourtant un jour, dans une lettre à sa mère, elle se plaint : « Quand donc le sort se lassera-t-il de me persécuter ? » Ce jour-là, elle a plus de quarante ans. Il lui reste moins de vingt années à vivre, marquées elles-aussi par bien des tourments. Au moment où elle s'interroge ainsi, Delphine a déjà vécu le meilleur et le pire. Passe-t-on, sans en garder la blessure, du cadre douillet d'un château ou des ors de Versailles à la paille pourrie d'une prison, à l'ombre de l'échafaud ? Ce fut son cas, après une enfance choyée, un mariage heureux, de beaux enfants, il y eut l'exécution de son beau-père, de son époux et sa propre arrestation. La tourmente passée, elle renaît au bonheur sous les ombrages du château de Fervaques, dans la verdoyante Normandie, éprouvant une folle passion pour Chateaubriand... qui la délaisse pour bien d'autres. Il lui reste son fils Astolphe, son « trésor », dit-elle. Mais, devenu grand, le garçon a besoin d'évasion et il lui cause bien des larmes... S'il est un parcours vraiment tourmenté par le destin, mais passionnant à chaque étape, c'est bien celui de Delphine, reine des roses !
    CLAUDE LE ROY est l'auteur de nombreux romans, essais et poésies. Fondateur de la revue Noréal, il anime à Caen le Cercle littéraire André Druelle. Depuis l'an 2000, il préside la Société des Écrivains Normands.

  • SOPHIE ROSTOPCHINE, COMTESSE DE SEGUR, découvre la Normandie à l'âge de vingt ans. Elle la quitte pour de bon quelques mois avant de s'éteindre, âgée de soixante-quinze ans. Pendant plus d'un demi-siècle, elle a vécu près de L'Aigle dans l'Orne en son château des Nouettes.
    Évoquer la Normandie de la Comtesse de Ségur, c'est donc la regarder vivre. D'abord en jeune épouse passionnée, puis en mère vigilante, enfin en grand-mère gâteau. En Normandie, elle a connu joie et tristesse, bonheur et désillusion, santé et maladie, certitude et doute.
    Là surtout, elle est devenue un écrivain. Non seulement elle écrit en son château, mais ses livres, la plupart du temps, reflètent cet environnement normand qu'elle connaît si bien et qu'elle apprécie.
    /> Dès lors, la Normandie de la Comtesse de Ségur s'apparente à celle des Petites filles modèles, de l'âne Cadichon, des héros de L'Auberge de l'Ange gardien et de bien d'autres récits. Cet ouvrage nous invite à suivre Sophie pas à pas, dans sa vie comme dans son oeuvre...
    Avec des photographies inédites des " Petites filles modèles ".

    CLAUDE LE ROY est l'auteur de nombreux romans, biographies, essais et poésies. Fondateur de la revue Noréal, il anime à Caen le Cercle littéraire André Druelle. Depuis l'an 2000, il préside la Société des Écrivains Normands

  • « Voilà un homme, ce Bouilhet » s'écrie Flaubert ; c'est le même personnage que Maupassant proclame « son maître » ! Qui est-il donc ce Louis Bouilhet qui, un jour d'automne de 1849, à Croisset, ose dire à son ami Gustave Flaubert de jeter au feu la première version de La Tentation de saint Antoine, et aussitôt après, lui suggère de s'intésser à un fait divers local qui deviendra Madame Bovary ?
    Les deux hommes se connaissaient depuis les bancs du collège, avant qu'une solide amitié les unisse pendant près d'un quart de siècle. Ils finiront par se ressembler, même physiquement ! Tous deux se vouent à une carrière d'écrivain et, pour parfaire leur art, s'épaulent et se complètent.
    La postérité a couronné Flaubert et oublié Bouilhet, le reléguant à n'être que l'ombre de son ami. Qu'importe, si la présence du second a contribué à la gloire du premier. « Aucune vie cependant, affirme Gustave, ne méritait plus que la sienne. » Louis était, avoue-t-il encore, « celui qui voyait dans ma pensée plus clairement que moi-même. » Garçonnet studieux, étudiant pauvre, mais libre, Louis Bouilhet est un authentique poète et un ami fidèle. Cany-Barville, Rouen, Croisset, Paris, Mantes : autant d'étapes dans l'existence de ce poète, auteur dramatique qui, selon Zola, « aurait dû naître vingt ans plus tôt » !

  • L'art du bien vivre ? Charles de Saint-Évremond, gentilhomme normand l'a mis en pratique tout au long de sa longue vie (1614-1705). Après de studieuses études, il a su satisfaire son besoin d'action en se faisant soldat auprès des plus prestigieux capitaines, le maréchal de Turenne et le Grand Condé. Il a bénéficié, entre deux campagnes militaires, des récompenses qui comblent le guerrier en devenant l'amant puis l'ami des célèbres courtisanes Marion Delorme et Ninon de Lenclos. Il a su alors associer les jeux de l'amour aux plaisirs de l'esprit dans les salons. Ajoutons le goût de la bonne chère, en fin gastronome, et celui de la musique, à la fois comme auditeur et comme exécutant. Tout cela compose le portrait du parfait honnête homme. L'âge venu, celui d'un long exil en Angleterre, Saint-Évremond a su s'adapter, usant d'une sagesse où l'harmonie et l'équilibre favorisent la sérénité. Il connut alors les joies d'écrire, de converser et de cultiver l'amitié, tellement à l'aise qu'il renonça à revenir en France lorsque enfin on le lui permit ! Correspondant des plus grands esprits de son temps, il repose au Poets' corner en l'abbaye de Westminster. La vie de ce gentilhomme, tour à tour soldat, poète, amoureux, diplomate, philosophe, illustre un art de vivre bien enviable ! Je vous convie à la découvrir...

    Claude Le Roy est l'auteur de nombreux romans, essais et poésies. Fondateur de la revue Noréal, il anime à Caen le Cercle littéraire André Druelle. Depuis l'an 2000, il préside la Société des Écrivains Normands.

empty