Paco Ignacio Taibo Ii

  • Si José Daniel Fierro ne s'était pas cassé la cheville en descendant les escaliers de la cinémathèque, il ne se serait pas abonné au câble, n'aurait pas découvert le basket féminin et ne se serait pas embarqué dans cette histoire où interviendront dans le désordre chronologique : un mercenaire américain qui fait du trafic de drogue au Viêtnam, un anarchiste barcelonais des années vingt, un Bulgare louche, et Léonard de Vinci qui inventa un véhicule à deux roues muni d'une selle, avec traction arrière à pédales, autrement dit une bicyclette.
    Paco Taibo déploie dans cet époustouflant roman toutes les facettes de son talent de conteur, son érudition, sa fantaisie et son humour, sans pour autant négliger le suspense et le mystère.
    Il a obtenu pour la troisième fois le Prix Hammett (meilleur roman policier d'Amérique Latine) avec ce livre où l'on retrouve le personnage de La Vie même.

  •   À partir d'un important matériel en partie inédit, archives cubaines, journaux intimes, témoignages et photos, Paco Ignacio Taibo II construit une biographie complète et détaillée qui révèle un personnage complexe et surprenant. Le guérillero insolent, moqueur et dur, surtout avec lui-même, laisse place à un homme différent de celui qu'on croyait connaître. Paco Ignacio Taibo II nous fait rencontrer Ernesto Guevara au-delà du mythe du Che et écrit « la » grande biographie latino-américaine d'un héros latino-américain. Cette fresque historique extraordinairement documentée devient sous la plume de l'écrivain un roman d'aventures unique.

  • À partir d'un important matériel en partie inédit, archives cubaines, journaux intimes, témoignages et photos, Paco Ignacio Taibo II construit une biographie complète et détaillée qui révèle un personnage complexe et surprenant. Le guérillero insolent, moqueur et dur, surtout avec lui-même, laisse place à un homme différent de celui qu'on croyait connaître. Paco Ignacio Taibo II nous fait rencontrer Ernesto Guevara au-delà du mythe du Che et écrit « la » grande biographie latino-américaine d'un héros latino-américain. Cette fresque historique extraordinairement documentée devient sous la plume de l'écrivain un roman d'aventures unique.

    Traduit de l'espagnol (Mexique) par Florence Bourgade, Béatrice, Corinne Gobin, Delphine Peras et René Solis.

  • S'il s'agit de sauvegarder le souvenir du mouvement ouvrier et de ses protagonistes anonymes contre l'oubli institutionnel, il est aussi question d'en bâtir l'épopée?: la victoire aux dominos de deux grévistes sur un leader syndicaliste jaune, la résistance des soudeurs de Tula en grève s'alimantant des cactus alentours, la destruction de la voiture du patron par un monte-charge...
    Une épopée ouvrière qui, comme toujours chez Taibo II, s'inscrit dans la lutte des oppressés contre les oppresseurs et construit, grâce à la littérature, ses propres références, sa mythologie, ses exploits et ses héros. Préface de Sébastien Rutés.

  • Mexique 1922.
    Un journaliste spécialisé dans les affaires criminelles, un avocat dont les meilleures clientes sont des prostituées, un poète virtuose dans l'art du slogan publicitaire et compagnon de pancho villa et un chinois anarchiste et syndicaliste se retrouvent le soir au bar de l'hôtel majestic pour jouer aux dominos. l'assassinat d'un joueur de trombone, la défenestration d'un colonel de l'armée, des fusillades nocturnes, des chocolats empoisonnés, une belle et mystérieuse jeune femme vont entraîner les quatre amis loin de leurs chers dominos au milieu d'un complot qui unit des colonels félons, des sénateurs américains et quelques compagnies pétrolières.

    " les conspirations sont une ombre - sans profil, sans objectifs clairs. et nous, qui les poursuivons par à-coups, comme des enfants qui courent à l'aveuglette et trébuchent, sommes l'ombre de cette ombre ".

  • Douze histoires de défaites terribles mais héroïques, qui parlent de la ténacité, du respect des principes, de la politique comme morale tragique.

  • José Daniel Fierro, célèbre écrivain de romans policiers, accepte de prendre le poste de chef de la police municipale de la ville de Santa Anna, après que ses deux prédécesseurs ont été assassinés. Il est bientôt confronté à deux cadavres (dont celui d'une "Gringa", retrouvé nue dans l'église du carmel), à la corruption, aux émissaires du gouvernement central qui essaie de contrarier le destin "rouge" de la petite municipalité et à une histoire policière sans solution.

  • L'instituteur et syndicaliste Medardo Rivera est accusé d'avoir assassiné un certain Lupe Barcenas. Or, au moment du meurtre, le coupable présumé participait à une réunion de famille. Et surtout, la victime a été aperçue, post mortem, en train de déjeuner en compagnie de policiers. A la demande de l'avocate de Rivera, le détective Héctor Belescoran Shayne enquête sur cette affaire.

  • En bon mexicain, Hector Belascoarân Shayne n'était pas du genre à s'effrayer devant l'absurde. Borgne, il voyait seulement la moitié de ce que voyaient les autres, mais de façon plus nette. Alors quand un homme récemment assassiné téléphone d'outre-tombe pour accuser un certain morales, responsable d'extrême droite coupable d'exactions tant à Mexico qu'au Chiapas, Hector se met en chasse. Rejoint par Elîas Contrarios, enquêteur dépêché tout exprès par le sous-commandant Marcos, il se laisse entraîner dans des pérégrinations surréalistes fertiles en révélations fracassantes. Paco Ignacio Taibo, auteur de nombreux romans publiés chez rivages et d'une monumentale biographie du Che, et le sous-commandant Marcos, personnage emblématique de la contestation indienne, se délectent ici de tous les codes du feuilleton, mais derrière la fantaisie pointe toujours la dénonciation des maux du Mexique : corruption, injustice, arbitraire, assassinats.

  • Après avoir été à l'origine du néopolar latino-américain, Paco Taibo II réinvente ici, avec la complicité involontaire d'Emilio Salgari, le roman d'aventures du XIXe siècle, en l'assaisonnant de politique, de sexe et surtout de malice littéraire.
    Sandokan le prince malais et son ami le Portugais Yañez de Gomara, les pirates libertaires, héros de Salgari - qui ont hanté les imaginations d'une grande partie des adolescents du XXe siècle, au même titre que les Trois Mousquetaires -, reviennent sous la plume de Taibo.
    Ils ont maintenant 60 ans.
    Leurs amis et leurs biens font l'objet d'une menace suffisante pour qu'ils réarment leurs bateaux et remobilisent leurs anciens compagnons d'armes. Ils se lancent dans une lutte infernale contre l'impérialisme sous toutes ses formes.
    Dans ces pages vous allez croiser : Friedrich Engels, le professeur Moriarty, des sous-marins sortis de Jules Verne, des sociétés secrètes chinoises, Rudyard Kipling, un homme au masque d'argent, des trafiquants d'esclaves, une survivante de la Commune de Paris, des aventuriers de la finance internationale, des fondamentalistes musulmans, des philosophes stoïciens, Old Shatterhand, le héros de Karl May, des banquiers philippins amis de José Marti, des espions anti-impérialistes, tous impliqués dans une aventure extraordinaire sur les traces de plants d'hévéa.

  • Personnage mythique, héros de cinéma, de bandes dessinées et de chansons, Pancho Villa est au coeur de nombreux récits légendaires qu'il a parfois lui-même racontés ou suscités, et qui sont si variés qu'il semble impossible de les démêler. Confronté au manque de fiabilité des témoignages et des sources, Paco Ignacio Taibo II s'efforce donc de « tendre l'oreille au coeur de cette rumeur immense et interminable », avec « l'impression d'y être arrivé, mais pas toujours ». Il en découle pour lui la seule approche possible, celle de la biographie narrativa.
    Revendiquant sa fascination, il sait qu'il devra aussi être romancier pour cerner au plus juste son personnage, celui qui est devenu l'emblème d'une révolution et l'inspirateur de beaucoup d'autres
    />

  • Personnage mythique, héros de cinéma, de bandes dessinées et de chansons, Pancho Villa est au coeur de nombreux récits légendaires qu'il a parfois lui-même racontés ou suscités, et qui sont si variés qu'il semble impossible de les démêler. Confronté au manque de fiabilité des témoignages et des sources, Paco Ignacio Taibo II s'efforce donc de « tendre l'oreille au coeur de cette rumeur immense et interminable », avec « l'impression d'y être arrivé, mais pas toujours ». Il en découle pour lui la seule approche possible, celle de la biographie narrativa.
    Revendiquant sa fascination, il sait qu'il devra aussi être romancier pour cerner au plus juste son personnage, celui qui est devenu l'emblème d'une révolution et l'inspirateur de beaucoup d'autres
    />

  • Les anecdotes, les souvenirs personnels, sont la matière première des mythes dont la littérature taibienne se veut le vecteur. «Les mythes ne se souviennent pas toujours de la meilleure partie des histoires, souvent ils n'en gardent que la plus sotte ou la plus niaise» (Ces foutus tropiques). (...) S'il s'agit de sauvegarder le souvenir du mouvement [ouvrier] et de ses protagonistes anonymes contre l'oubli institutionnel, il est aussi question d'en bâtir l'épopée. La fois où le patron et le charro (syndicaliste jaune) furent écrasés aux dominos par deux leaders syndicaux, celle où les soudeurs de Tula en grève résistèrent en mangeant les cactus des alentours, la double destruction de la voiture du patron par un monte-charge...
    Une épopée ouvrière qui, comme toujours chez Taibo II, s'inscrit dans la longue lutte des oppressés contre les oppresseurs, et construit grâce à la littérature, au fur et à mesure, ses propres références, sa mythologie, ses exploits et ses héros : cette doña Eustolia qui brandissait son couteau de cuisine comme une épée vengeresse, Carlos Vargas et El Gallo qui deviendront les acolytes d'Hector Belascoarán et surtout, l'Araignée, ce super-héros populaire, ce défenseur de l'ouvrier, ce vengeur social insaisissable qui tisse sa toile de mots d'usine en usine pour devenir le héros collectif, solidaire plus que solitaire, le porte-étendard (rouge) d'une lutte sociale oubliée qui prend, par le biais de la littérature, des allures de légendes.

  • Enlèvements, pollution extrême, circulation infernale, narcotrafic, corruption généralisée : Mexico est un véritable monstre urbain, une mégalopole où règne la violence ordinaire. Les douze nouvelles inédites rassemblées dans cette anthologie explorent la géographie de cette forêt de béton et les angoisses de ses habitants. Au coeur du noir mexicain, un voyage sombre et désespéré. car il n'y a que dans les telenovelas que les histoires finissent bien. Avec des nouvelles de Paco Ignacio Taibo II, Eugenio Aguirre, Eduardo Antonia Parra, Bernardo Fernández Bef, Óscar de la Borbolla, Rolo Díez, Victor Luiz González, F.G. Haghenbeck, Juan Hernández Luna, Myriam Laurini, Eduardo Monteverde et Julia Rodríguez.

  • En pleine intervention française au Mexique, entre 1862 et 1867, alors que la guerre civile fait rage entre les "chinacos", les combattants républicains, et les "impériaux", des aventuriers de tous bords partent à la recherche d'un fabuleux trésor.

  • Dans ce court essai, le célèbre auteur mexicain prend sa plume d'historien pour raconter un mouvement de locataires en grève que menèrent de façon exemplaire de tout jeunes militants dans la capitale mexicaine au sortir de la Révolution de 1914. Observateur engagé et chroniqueur perspicace, l'écrivain donne quelques clefs historiques d'importance et montre que cet autre droit de l'homme n'est toujours pas respecté.
    1920, est une date capitale dans l'histoire de la Révolution Mexicaine et c'est aussi l'année de la création du Parti Communiste Mexicain.
    Deux ans plus tard, des locataires de Mexico décident de se mettre en grève pour protester contre l'état insalubre des appartements et le prix abusif des loyers. Le mouvement né de l'initiative d'un tout petit groupe de jeunes anarcho-syndicalistes, connaît une ampleur considérable.
    L'écrivain Paco Ignacio Taibo II retourne à son premier travail d'historien du mouvement ouvrier. Avec son esprit d'indépendance, sa prose incisive et sa curiosité d'intellectuel engagé et militant il raconte et analyse un évènement inexplicablement tombé dans l'oubli.
    Une histoire qui reste aujourd'hui exemplaire.

  • Qu'il est difficile de classer ce livre ! ni roman, ni recueil de nouvelles, ni essai.
    Plutôt, comme le suggère le titre, un texte à la fois séduisant et incontrôlable, impossible à étiqueter. une vision non exotique des tropiques. il comprend trois petits romans, à déguster ; des reportages sur la vie à mexico ; des essais sur la vie politique au mexique ; des mémoires, chroniques personnelles ou familiales, notes, fragments d'interviews. l'auteur, dont on sait qu'il a fait exploser les frontières dans le reste de son oeuvre, définit ce livre comme "sa version personnelle du mexique de la fin du xxe siècle" et déclare qu'il se situe au-delà des genres mais qu'ici, il a essayé de raconter des histoires en se servant du reportage, de la fiction, de la chronique, de l'essai historique et politique pour essayer de comprendre le mexique et son destin incertain.
    Que les lecteurs qui aiment l'aventure le suivent, ils ne s'ennuieront pas !.

  • Dans un monde qui ne s'intéresse qu'aux victoires, voici douze histoires de défaites terribles mais héroïques.
    Des histoires qui parlent de la ténacité, du respect des principes, de la politique comme morale tragique. du délire du syndicat des meilleurs peintres muralistes du monde et de leur bataille contre des bureaucrates bornés et des étudiants déjà technocrates aux aventures de max hölz, robin des bois de la révolution allemande, aimé des masses, haï par tous les pouvoirs. d'une version originale de la bataille de guadalajara, pendant la guerre d'espagne, gagnée par un italien mal embouché au mythe de l'anarchiste de passage dans tous les pays.
    De l'histoire de larissa reisner, princesse du journalisme révolutionnaire au suicide du dernier des purs d'une révolution en chute libre vers le stalinisme. de l'entêtement d'un vieil anarchiste mexicain à l'incroyable résistance du maire d'un acapulco paradisiaque, capable de mourir deux fois pour le préserver. de l'étrange destinée d'un leader chinois à la mystérieuse équipée de domingos, le cubain qui arrêta les blindés sud-africains en angola.
    Voici douze histoires et douze personnages inoubliables qui évoluent dans l'espace sacré du mythe sous la plume inimitable d'un grand auteur de romans noirs.


  • l'espionnage élevé au rang des beaux-arts ! ciudad juarez, 1923.
    l'acteur comique stan laurel assiste à l'assassinat de pancho villa. new-york 1989. alex, chef du " shit department " de la cia, prépare un nouveau coup tordu à destination du nicaragua. quels liens étranges unissent ces deux époques faites de sang, de révolutions et de contre-révolutions ? dans cet immense puzzle des manipulations humaines, deux journalistes, greg et julio, entrent en scène pour nous éclairer sur les dossiers secrets de l'amérique latine.


empty