Religion & Esotérisme

  • Un grand renversement s'opère dans le catholicisme français. Le renouveau attendu des avant-gardes des années 1960 n'est pas arrivé. Alors que la pratique religieuse s'effondre, l'avenir de l'Église dépend maintenant de ceux qui restent. Refusant l'alternative de l'intégrisme et du progressisme, ces catholiques ont accepté le concile Vatican II mais compensent ses effets déstabilisateurs par un surcroît de fidélité au magistère romain. Ancrés dans la théologie de Jean-Paul II puis de Benoît XVI, ils considèrent que la démocratie ne doit pas s'affranchir de l'ordre naturel. Depuis l'opposition à la loi Veil qui a légalisé l'avortement, leur savoir-faire militant n'a cessé de s'enrichir. L'ampleur des Manifs pour tous a dévoilé leur force.

    Mais cette capacité de mobilisation ne peut être comprise en dehors des évolutions de la vie politique. Instrumentalisé comme frontière de l'identité nationale, renfort moral de la République ou levier d'une prise de conscience écologique, le catholicisme est redevenu une ressource politique légitime et la conquête de son électorat un enjeu disputé à droite. Ce livre vif et passionnant retrace l'histoire politique du catholicisme conservateur depuis la fin du xxe siècle. Il apporte un éclairage inédit sur la genèse de La Manif pour tous et les transformations de la société française qui l'accompagnent.

  • La crise de l'Église catholique de France est devenue un lieu commun sociologique. L'architecture de statistiques qui permet d'établir son constat est bien connue et les enquêtes régulières qui l'étayent chaque année sont sans surprise : aujourd'hui, environ 65 % des Français se disent encore catholiques, et seulement 4,5 % assistent à la messe chaque semaine. En Europe, la France est aujourd'hui le pays de culture catholique où l'observance religieuse est la plus faible. Ses difficultés sont la plupart du temps décrites à travers des chiffres : déclin des baptêmes, des ordinations, du nombre de pratiquants' Mais quelle interprétation en donner ? Le choix des auteurs a été de s'intéresser ici à la manière dont les catholiques se représentent et pensent les évolutions de leur Église, ce qu'elles leur font et ce qu'ils en font. Une enquête de grande ampleur a été réalisée à cette fin sous le patronage de Confrontations. Le catholicisme français apparaît ainsi sous un jour nouveau : la « crise » de l'Église dépend moins des évolutions que les statistiques donnent à voir, que des diagnostics qui sont établis à partir d'elles. La crise de l'Église se traduit donc avant tout par un conflit d'interprétation sur la qualification de ce qui est en crise et sur les remèdes à adopter. Cet ouvrage propose donc un panorama de la manière dont les catholiques vivent et analysent ce contexte de crise et les propositions qu'ils formulent pour en sortir. In fine, c'est à une véritable exploration des multiples sensibilités de l'archipel catholique que les auteurs nous convient.
    Avec la collaboration de Geneviève Dahan-Seltzer et Françoise Parmentier, sociologues.

  • Au début des années 1970, Raymond Marcellin, alors ministre de l'Intérieur, s'inquiète de la radicalisation politique d'une partie du clergé catholique. Dans les rangs de l'extrême-gauche ou engagés au coeur des luttes sociales et anti-impérialistes, de jeunes prêtres apportent le soutien de Dieu à l'élan révolutionnaire.
    Cet ouvrage analyse les conditions de cette politisation à travers l'histoire des religieux dominicains de la province de France. À partir du dépouillement d'archives inédites, ce sont toutes les controverses sur l'adaptation de la vie religieuse aux évolutions de la société française qui se trouvent retracées depuis les années 1940 jusqu'à la fin des années 1970. De l'arrêt des prêtres ouvriers en 1954 à la guerre d'Algérie, du concile Vatican II à mai 68, les jeunes générations de dominicains se sont progressivement détachées de la forme de vie conventuelle et contemplative. Le retrait du monde dans l'asile des couvents est apparu de moins en moins comme un mode de vie pertinent. La province dominicaine de France entre alors dans une crise profonde.
    Cet ouvrage renouvelle les approches de la crise du catholicisme dans la société française en montrant qu'elle a pour trame un conflit profond sur l'engagement nécessaire pour mener une vie évangéliquement vraie. Il apporte également un éclairage neuf sur l'histoire politique et sociale des Trente Glorieuses.

empty