• Mississippi, 1857. Joshua York, armateur aux allures de dandy gothique, offre des fonds illimités pour faire construire le navire le plus rapide et le plus somptueux que le fleuve ait jamais connu. En échange de quoi il exige de rester maître des horaires et des destinations, et surtout qu'on ne le dérange sous aucun prétexte dans sa cabine hermétiquement close, dont il ne sort qu'une fois la nuit tombée. Voilà enfin l'occasion qu'attendait le capitaine Marsh, vieux loup de rivière aux proportions gargantuesques, pour relancer sa compagnie en perte de vitesse. Mais bientôt, une vague de meurtres ensanglante le sillage du Rêve de Fevre...

    1 autre édition :

  • Lors du commerce triangulaire, quand une femme tombait enceinte sur un vaisseau négrier, elle était jetée à l'eau. Mais en fait, toutes ces femmes ne sont pas mortes. Certaines ont survécu, se sont transformées en sirènes et ont oublié cette histoire traumatique. Un jour, l'une d'entre elles, Yetu, va leur rappeler.

    Rivers Solomon est une personne transgenre, née aux Etats-Unis, qui vit désormais en Grande-Bretagne. Elle a rencontré le succès avec son premier roman : L'incivilité des fantômes.

  • Le xxie siècle.
    Demain. cinquante hommes et cinquante femmes, représentant les nations majeures et toutes les disciplines scientifiques, embarquent à bord de l'arès, un immense vaisseau spatial, un micro-monde où ils vont vivre pendant plus d'un an avant d'atteindre mars, à cent millions de kilomètres de là. un homme, déjà, a posé le pied sur mars : john boone. héros mythique depuis son retour sur terre, il s'est porté volontaire pour ce second voyage.
    Un aller simple, cette fois, car les hommes et les femmes de l'arès devront aller au-delà de l'exploration. ils devront survivre dans un monde usé, désolé, hostile. si les hommes ne peuvent s'adapter, il faudra adapter mars aux hommes. mais terraformer mars, c'est aussi la détruire en tant que cadre naturel martien, et des conflits opposent les rouges, la faction qui veut préserver la sauvagerie initiale de la planète, et les verts, qui militent pour la terraformation.
    Les cent premiers ne partagent pas la même vision de la société à élaborer, sur ce nouveau monde vierge. pourtant, il faut faire vite, car les immigrants arrivent, de plus en plus nombreux, en provenance d'une terre surpeuplée. mars, si éloignée du berceau de l'humanité, constitue un incroyable enjeu économique et politique pour les puissances terrestres. le rêve sombrera-t-il dans le chaos ?

    1 autre édition :

  • Quelques siècles après le premier atterrissage, mars a définitivement changé de couleur.
    Les patients efforts des colons sont récompensés : aidés par une longévité surhumaine, ils ont permis à une flore élémentaire de se frayer un chemin entre les roches. le réchauffement du sol a libéré mers et océans ; des nuages sont apparus dans le ciel. mais les hommes et les femmes ont changé eux aussi. depuis la révolution durement réprimée de 2061, les cent premiers se sont dispersés sur toute l'étendue de la planète.
    Ils sont divisés. certains sont entrés en guerre contre les terraformeurs et leur projet qu'ils qualifient de crime écologique. une course-poursuite s'engage entre les tenants de l'éco-économie, déterminés à préserver la sauvagerie initiale de la planète, et les multinationales, avides de récupérer les profits liés aux mines martiennes et à l'ascenseur orbital construit sur l'équateur de la planète.
    La répression des transnationales, les grands argentiers du monde, sera terrible. que deviendront les terriens, désormais prisonniers d'une planète surpeuplée, miséreuse et polluée ? tout peut à nouveau basculer dans la violence, et le rêve d'une mars vivable et douce se transformer en cauchemar.

    1 autre édition :

  • Mars n'est plus qu'un roc hostile qui urne là-haut, dans le ciel.
    Mars est i monde bien vivant. le bleu triomphé. mais est "terraformée". ceux qui espéraient préserver la planète rouge dans sa terrible beauté ont perdu la bataille. leur objectif, désormais empêcher l'invasion de mars par les terriens. la tentation isolationniste est forte. c'est la position que défendent les partisans du parti mars libre. ces derniers ne veulent pas comprendre que, sur la planète mère, la situation est désespérée : un déluge cataclysmique a fait monter l'eau des océans, aggravant un problème de surpopulation déjà crucial.
    Et l'administration du traitement de longévité ne va pas arranger les choses... on ne voit pas ce qui pourrait empêcher les terriens, poussés par le désespoir, n'ayant plus rien à perdre, de déclarer la guerre à mars. une solution s'impose : la conquête des autres planètes du système solaire...

    1 autre édition :

  • L'andréide Nouv.

    L'andréide

    Alexis Fichet

    "Âgé de 73 ans, Mathias Collombus absorbait chaque jour une centaine de pilules diverses, anti-oxydantes, anti-âge, anti-mort. Il déclarait régulièrement, et sans trembler : je ne mourrai pas. Il était le messie de ces gens qui rêvent d'éternité. Il venait à l'instant de prendre le cocktail de dix-sept heures, un ensemble de gélules quand une sonnette retentit. Roman Tesla, l'un des entrepreneurs les plus ambitieux de sa génération, était à la porte de l'ex-directeur de la recherche en intelligence artificielle. Le messie du transhumanisme avait de la visite..." Dans un huis clos intimiste et fascinant Alexis Fichet nous entraine dans les méandres des deux esprits les plus brillants et les plus fous de la Silicon Valley. Le temps d'une nuit Roman Tesla, entrepreneur star et son père spirituel Mathias Columbus, défient les frontières entre l'humain et la machine. Le temps d'une nuit l'Andréide ultime invention de Collumbus sera l'objet de leurs fantasmes d'immortalité, les confrontant à ce qu'est la vie, le mensonge, l'absence, la sensualité.

    Avec une écriture saisissante L'Andréide revisite L'Ève future d'Auguste Villiers de l'Isle Adam, roman considéré comme une des oeuvres fondatrices de la science fiction. Une science fiction aujourd'hui défiée par des démiurges bien réels.

  • Deux futurs proches

    Ayerdhal

    Transcam est une station orbitale, mais son rôle n'est pas la colonisation de l'espace.Cette gigantesque toile d'araignée spatiale est le centre vital des communications humaines : par elle transitent toutes les informations, toutes les données, tous les appels. Garante de son utilisation bénéfique et de sa neutralité, l'O.N.U. est censée la diriger. Mais les choses ne sont jamais simples en ce monde...

    Voir son frère de coeur devenir ennemi public n°1, il y a de quoi vous saper le moral. Se voir chargé de l'arrêter pour le livrer à qui de droit, ça tourne carrément au cauchemar.

  • Début du XXIe siècle. La terre semble avoir résolu ses problèmes de surpopulation et de famines. Et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, s'il n'y avait « la Tour ». Mélange de plastique, de béton et d'acier, le fameux édifice - dix niveaux de cinq étages chacun - a été érigé en Inde en 1975 dans le cadre d'une expérience. À l'origine, 1500 volontaires - dont 500 couples - de moins de vingt-cinq ans y furent introduits afin d'étudier le comportement d'individus soumis au confinement. 25 ans plus tard, 75 000 personnes pullulent à l'intérieur. Le conditionnement a si bien fonctionné que personne ne semble vouloir sortir, ni même imaginer qu'une autre réalité extérieure soit possible. Pourtant, un certain Thomas Dixit est chargé de mesurer l'intérêt de poursuivre l'expérience de La Tour... ou de l'arrêter.
    La Tour des damnés (« Total Environment » en anglais) explore aussi bien la faculté de l'humanité à chercher infatigablement des solutions à sa survie, que la puissance de la science et les problèmes d'éthique qui en découlent. Il évoque la capacité d'adaptation de l'homme face à son environnement, ainsi que son absolu besoin de pouvoir, de croyance et de domination.

  • En 1954 Damon Knight imagine une société qui pense et agit avec la nature.
    2063. Le monde moderne a bien failli disparaître. Seules 22 mégacités sont parvenues à préserver leur mode de vie. Face à elles, les Pieds-Terreux, une civilisation rurale et tribale qui vit en coproduction avec la nature. Lorsque Grand New York vient à manquer de métaux, ses dirigeants envoient un émissaire troquer ses gadgets sophistiqués contre des matières premières. Damon Knight dans ce récit truculent de 1954 nous dit que l'avenir de l'humanité - et de la nature - passe par une relation symbiotique entre les deux. Une sorte d'utopie où la modernité se construit dans un équilibre fragile entre science et nature.

  • Dakota du Sud. Rose Franklin a onze ans lorsqu'elle chute à vélo dans un trou immense. Quand elle reprend ses esprits, elle se découvre au creux d'une main de métal géante, parcourue de réseaux lumineux.
    Dix-sept ans plus tard, l'énigme demeure. Comment la main est-elle arrivée là et à quoi peut-elle bien servir ? La datation au carbone 14 défie l'entendement et l'objet semble doué de vie.
    Devenue une physicienne reconnue, Rose se prépare à une aventure d'envergure : diriger une équipe secrète chargée de percer le mystère de la main métallique. Commence alors une quête à la fois passionnante et périlleuse, où temps anciens et avenir pourraient bien être indéfectiblement liés.

    1 autre édition :

  • Mermere

    Hugo Verlomme

    - En toi, deux mondes ennemis confluent, ne l'oublie jamais, dit Noah.
    - Le monstre qui a envahi ton rêve... a bercé l'histoire de la Terre, et ton histoire aussi. Sur Terre, cela s'appelle un « arbre ».
    Arbre... Horn connaissait ce mot. Mais rien ne lui avait suggéré toute la vie dont il était porteur. C'était le frémissement même de cette vie qui l'avait arraché à son sommeil. Cette intrusion en lui d'une Terre qu'il n'avait jamais vue, il la ressentait comme une réalité à la fois attirante et repoussante.
    Qu'y avait-il encore au fond de sa tête ?... Quel âge avait vraiment sa mémoire ?
    Ce jour-là, Horn prit conscience de la confluence qui l'habitait.

    Avec ce roman culte, revu et corrigé à l'occasion de cette réédition, Hugo Verlomme nous entraîne dans les méandres d'un monde océanique débordant d'aventures et de merveilles. Une fable écologique qui n'a rien perdu de sa force, ni de sa poésie ; une ode à notre mère la mer, à la tolérance et au respect de chacun.
    Hugo Verlomme fait partie des rares écrivains ayant consacré tous ses livres, romans et documents à l'univers marin. Très impliqué dans la défense des océans, il passe son temps sur les terres et les mers pour initier ses semblables aux mystères et beautés du monde aquatique.

  • Neuf ans se sont écoulés depuis que Rose a sauvé l'humanité du peuple Ekt, les créateurs de Thémis. Coincée sur leur planète en compagnie de Vincent et de sa fille Eva, elle cherche désespérément une solution pour qu'ils regagnent la Terre.
    Mais là-bas, rien n'est plus comme avant. De nouvelles alliances se sont formées et les anciennes divisions se sont renforcées, alors que la troisième guerre mondiale menace d'éclater. Pour éviter l'implosion, Rose, Vincent et Eva devront bientôt choisir leur camp et accomplir un ultime sacrifice.

    Trop humains clôt avec un suspense insoutenable la trilogie Les Dossiers Thémis, publiée dans vingt et un pays et en cours d'adaptation pour l'écran.

    1 autre édition :

  • L'homme électrique

    Victor Fleury

    1895. Napoléon IV règne sur l'Europe tandis qu'à l'est, le tsar de Russie tisse sa toile de conspirateurs et d'intrigues. Pour sauver la France impériale, un trio oeuvre dans l'ombre : la mystérieuse comtesse de Cagliostro, au charme aussi dangereux que ses connaissances scientifiques, le brutal frère Vacher, tueur dénué de remords, et le Valet, un androïde espion capable de s'approprier souvenirs et visages d'autrui, mais dont la mémoire a été trafiquée. De Venise aux confins du monde, en passant par l'Orient-Express et la Transylvanie, parviendront-ils à déjouer les plans des ennemis de l'Empire Électrique ?

  • De Sherlock Holmes à Philip Marlowe, il existe une longue tradition de détectives privés brillants, astucieux, à qui on ne la fait pas. Malheureusement, Dirk Gently n'en fait pas partie.
    Plus intéressé par la télékinésie, la physique quantique et les pizzas froides que par la chasse minutieuse aux indices, Dirk Gently emploie pour ses enquêtes des méthodes, disons... particulières, avec des résultats, disons... inattendus. Dirk Gently est un détective holistique.
    Chargé - sans fierté excessive - de retrouver un chat disparu, Gently va être confronté à un fantôme ahuri, un voyageur temporel, un secret dévastateur plus ancien que l'humanité et qui menace de la mener à une fin prématurée... et à un cheval, qui trône nonchalamment dans une salle de bains.
    En plus, le petit chat est mort.

  • « On n'arrête pas de me dire que c'est normal de faire des cauchemars. Moi je sais que ce ne sont pas des cauchemars. J'en ai quand je suis réveillée, maintenant. Je fais toujours le même depuis des mois. Tout le monde meurt. Il y a des milliers de morts dans les rues, une ville entière pleine de cadavres. Mes parents baignent dans leur sang, chez nous. Et aujourd'hui, il y avait quelque chose de nouveau. J'ai vu un robot. Comme Thémis. Une grande femme métallique tombait du ciel. »L'Éveil des dieux est un page-turner fascinant, deuxième tome de la trilogie Les Dossiers Thémis dont les droits ont déjà été vendus dans vingt et un pays et qui est en cours d'adaptation cinématographique par David Koepp (Jurassic Park, Spider-Man, Mission Impossible).Traduit de l'anglais (Canada) par Patrick Imbert. 

    1 autre édition :

  • La grande faille ; le jour où la vie privée a disparu Nouv.

    Du jour au lendemain, toutes les données informatiques deviennent publiques. Réseaux sociaux, emails personnels et professionnels, historiques de navigation, conversations privées. Bug ou attaque, personne n´en sait rien et cela importe peu. Notre civilisation, si dépendante des nouvelles technologies, voit ses fondements menacés. Trahisons, corruptions du quotidien, mensonges en tout genre. l´humanité n´est pas prête pour connaitre tous ses secrets. États-Unis, France, Inde. aux quatre coins de la planète, alors que nos sociétés modernes s´écroulent sous leurs propres poids, des anonymes témoignent de leurs quotidiens, en tentant de se mettre à l´abri et de protéger leurs proches. Et, sans vraiment s´en rendre compte, préparent le monde d´après.

  • Le 9 février 2012, un incendie détruit partiellement le fameux immeuble bâti entre 1947 et 1952 par Le Corbusier à Marseille : La Cité radieuse, de son vrai nom Unité d'Habitation. Au cours de sa réfection, un placard, qui n'avait pas été représenté sur le plan d'origine, est découvert.
    L'immeuble étant classé monument historique, une jeune archéologue, Colline, se rend sur place... et ouvre une porte donnant accès aux mythes et légendes remontant à l'Antiquité. En quête d'identité, la jeune femme reconstitue un puzzle entre passé et présent, entre réel et fantastique.

  • Ce monde a été colonisé, terraformé, puis on l'a oublié. Et lorsque la planète-mère, exsangue, envoie un vaisseau voir ce qu'il est advenu de sa colonie, son équipage, trois repris de justice, découvrent un désert où toute vie a disparu. Enfin, presque.

    Sur Terre, c'est l'effondrement général, et les trois hommes, désormais livrés à eux-mêmes, se demandent que faire de leur liberté dans ce monde vide.
    La première nuit, l'un d'eux disparaît, en abandonnant tout : ses vêtements, ses chaussures. Idem pour le deuxième, la nuit suivante.

    Le dernier doit choisir, se lancer seul, nu, dans une traversée du désert qu'il sait ne mener à rien, ou tenter de quitter cette planète. Car le vaisseau qui les a amenés là a été prévu pour un voyage retour. Fatale erreur.

    Livre entièrement en bichromie vert glacé - noir.

  • Demain.
    Cent pionniers s'envolent pour Mars. Ils devront l'explorer, survivre sur cette planète usée et hostile. Si l'homme ne peut s'y adapter, il faudra adapter Mars à l'homme : créer l'atmosphère, bâtir les cités, transformer les déserts en prairies, la glace en océans. Par-delà les difficultés ou les conflits idéologiques, c'est un monde nouveau que l'on invente. Jusqu'à l'émancipation de la tutelle d'une Terre de moins en moins souveraine.

  • Lorsqu'un comptoir d'embarquement au terminal 2 de l'aéroport de Londres, un si joli petit aéroport pourtant, saute à travers le toit dans une boule de flammes orange, ce sont toujours les mêmes qui veulent revendiquer la responsabilité de l'événement.
    D'abord l'IRA, puis l'OLP, puis la Compagnie du gaz. Même le Commissariat à l'Énergie atomique s'empresse de publier un communiqué affirmant que la situation est parfaitement maîtrisée, qu'un pareil accident a une chance sur un million de se produire, qu'il n'y a pratiquement aucune fuite radioactive, que le site même de l'explosion ferait un charmant lieu de pique-nique pour les enfants des écoles, etc. avant d'être obligé de convenir qu'il n'y est pour rien.
    On ne peut trouver à la catastrophe aucune explication rationnelle : on y voit simplement la main de Dieu. Mais quel dieu ? se demande Dirk Gently, le détective holistique. Et pourquoi ? Que ferait donc un dieu au terminal 2 de l'aéroport de Londres à attendre le vol de 15 h 37 pour Oslo ?

  • Guatemala, demain. Encore et toujours, théâtre d'a rontement des grandes puissances.
    Un corps expéditionnaire américain a été chargé de mettre fi n aux agissements d'une guérilla insaisissable. L'un de ses membres, David Mingolla, simple soldat devenu machine à tuer pour tenter de survivre dans cet enfer, possède un don, un pouvoir parapsychologique que des drogues permettent d'exacerber. Mais il va se retrouver face à des forces qui le dépassent, des forces issues de la jungle elle-même qui vont le contraindre à entamer un voyage spirituel dont il ne sortira pas indemne, car la guerre n'oppose pas seulement des hommes suréquipés à des guérilleros fanatiques, elle se livre aussi sur un autre front, dans les tréfonds de la psyché humaine.

  • Pour la première fois, la réunion de quatre novellas de Roland C. Wagner : "Ce qui n'est pas nommé", "Pax Americana", "Musique de l'énergie" et l'inédite "Pour qui hurlent les sirènes".

    Un peuple qui change son vocabulaire pour changer la réalité. Un complot pour faire rire le monde. Le retour de l'archétype du rock. Et la lutte de l'individu contre l'oppression de l'anonymat.

  • Le monde n'est plus qu'une seule et gigantesque cité divisée en plusieurs millions de zones urbaines contigües. Chacune d'elles se veut autonome, politiquement indépendante et dotée d'un mode de vie propre.
    Toutes sont sous la surveillance de redoutables « policiers-robots » qui en contrôlent les frontières et expulsent où suppriment tous les indésirables. Ces différentes zones, qui ont entre elles des contacts limités et souvent hostiles, confient toutes leur maintenance et leur sécurité à un programme central. Et lorsque ce programme vital est dérobé, rien ne va plus. Comment faire sans système de contrôle climatique ? Comment gérer les tonnes d'ordures qui s'amoncèlent ? Comment remplacer les robots en panne ? Ce sont quelques-unes des questions que va devoir résoudre notre héros en mettant la main sur Silena Ruiz, l'auteure du vol, sa propre « femme-du-mois ». Au fil d'une course-poursuite qui l'entraîne, en migrant clandestin, de zone urbaine en zone urbaine, celui-ci va découvrir une pluralité de mondes et connaître peu à peu luimême la tentation du chaos.
    Dans cette fable où l'alliance inquiétante de la dépendance technologique (la ville-planète est une « smart city » bien avant l'heure) et du repli identitaire paraît ne pouvoir déboucher que sur le chaos annoncé, Silverberg s'empare du grand fantasme du village planétaire pour poser la question de l'habitabilité de la planète et de la possibilité de la coexistence de milliards d'être humains à l'ère des villes-machines du capitalisme.

empty