À propos

Christine Angot Quitter la ville « Cette fois, j'espère qu'on ne va pas me faire changer les noms, je ne dis rien de mal, je ne dis que la vérité, ce que je sais, ce qui est vrai. Et tellement sur tellement de gens, qui pourraient m'accuser, me porter au tribunal, à moins d'un regroupement, improbable, à moins d'une communauté, lâchons le mot, inavouable. Pas dans le sens de référence, mais le sens : vous ne devriez pas l'avouer que vous êtes une communauté de lâches. » Christine Angot, dont à l'adolescence le nom de famille brusquement changea, de Schwartz pour Angot. Elle, l'écrivain qui, à l'automne dernier, eut à vivre (ou endurer ?), en tout cas à accompagner et assumer le succès de son livre L'Inceste. Cela, elle en a pris note, au jour le jour. Une fois encore des êtres non du tout fictifs deviennent ses personnages, ou ses proies. Quitter la ville est au premier abord un récit, puis prend le rythme d'une course, d'une fuite à cheval, d'un exorcisme rageur, d'une suite et continuation, à mots continus pour ne pas flancher : vide-âme à la fois éperdu et contenu.
Mathilde La Bardonnie, Libération, 15 septembre 2000.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782253152804

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    188 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    1.2 cm

  • Poids

    109 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Poche

Christine Angot

Née à Châteauroux le 07 février 1959.
Née Christine Schwarts, Christine Angot est élevée par sa mère et sa grand-mère ; elle passe son enfance à Châteauroux puis à Reims baignée dans les livres du XIXème. Son père, traducteur auprès des institutions européennes, parti avant sa naissance, la reconnaît et elle prend alors son nom : Angot. Après le bac, elle s'engage dans des études d'anglais et de droit, et passe même un DEA de droit puis intègre une école de droit international de Bruges. Mais à cette même époque le virus de l'écriture la rattrape déjà et elle quitte tout en cours d'année. Christine Angot a alors 23 ans et elle commence a écrire des textes, encouragée vivement par son mari. Après avoir envoyé un manuscrit à trois maisons d'éditions, elle part vivre à Nice où elle occupera différents emplois. C'est finalement la maison d'éditions 'L'Arpenteur' qui va publier son premier roman 'Vu du ciel' , en janvier 1990. Romancière, nouvelliste et dramaturge résidant à Montpellier, Christine Angot est propulsée au-devant de la scène médiatique en 1999, suite à la parution de son septième roman, 'L'inceste'. Depuis, ses ouvrages continuent de susciter de vives réactions, tantôt indignées, tantôt apologétiques.

empty