Les morts concentriques

Les morts concentriques

À propos

"Pour le présent récit, nous avons choisi cinq récits qui seront autant de preuves de sa puissance de création et de la variété d'inspiration de ses oeuvres. C'est seulement vers la fin de La Maison de Mapuhi que le lecteur comprend qui est le véritable protagoniste. La Loi de la vie nous révèle un destin atroce, accepté de tous avec naturel, voire avec innocence. La Face perdue est le récit du salut d'un homme face à la torture, assuré par le moyen d'un terrible artifice. Les Morts concentriques décrit le mécanisme impitoyable d'une société d'anarchistes. L'Ombre et la chair renouvelle et enrichit un ancien thème littéraire : la possibilité d'être invisible." Jorge Luis Borges

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Fantasy & Science-fiction > Science-fiction

  • EAN

    9782755703436

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    145 Pages

  • Longueur

    23 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    236 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jack London

Né le 12 janvier 1876 à San Francisco, Jack London connaît une enfance misérable et entame à quinze ans une vie d'errance. Il exerce de nombreux métiers pour survivre : marin (jusqu'au Japon et à la Sibérie), blanchisseur, ouvrier dans une conserverie de saumon, pilleur d'huîtres, chasseur de phoques, employé dans une fabrique de jute... Après avoir participé à une marche de chômeurs vers Washington, il adhère au socialisme. Devenu vagabond, il est arrêté fin 1894 et passe un mois dans un pénitencier. En 1897, il participe à la ruée vers l'or du Klondike. Atteint du scorbut, il est rapatrié. C'est le début de sa prolifique carrière d'écrivain. À sa mort en 1916, des suites d'un empoisonnement du sang, il laisse quelque cinquante livres, parmi lesquels L'Appel de la forêt (1903), Croc-Blanc (1906) et Martin Eden (1909).

empty