Sindbad ou la nostalgie

Traduit du HONGROIS par JULIETTE CLANCIER

À propos

Emprunté aux Mille et une nuits, le Sindbad de Krúdy, - ce Hongrois rêveur et las -, « navigue » à travers les rues de Buda et de Pest, les villes et les bourgs de la province hongroise tantôt dans le rêve, tantôt dans la réalité. Il va où le désir le porte : vers ses amours de jeunesse. Ce sont ces aventures amoureuses qui constituent les véritables étapes de ses voyages. Il est donc aussi un voyageur dans le temps, les souvenirs, les réminiscences, sont des contrées chères à son coeur.
Le Sindbad de Krúdy est un aventurier du XXe siècle, un descendant de Don Juan ou de Casanova sans les traits démoniaques ni mondains de ces derniers. Sindbad est tantôt un chevalier romantique et galant, tantôt un vrai bourgeois, tantôt un séducteur pressant et sans coeur.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Gyula Krúdy

  • Traducteur

    JULIETTE CLANCIER

  • Éditeur

    La Baconniere

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Date de parution

    19/10/2015

  • Collection

    Ibolya Virag

  • EAN

    9782940431397

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    320 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    335 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Gyula Krúdy

  • Pays : Hongrie
  • Langue : Hongrois

Il fut l'une des figures les plus marquantes de la littérature hongroise du début du vingtième siècle. A l'inverse de ses brillants contemporains, Kosztolanyi, Füst ou Karinthy, Krúdy n'appartient pas au fameux cercle de la revue Nyugat, qui publia cependant certains de ses textes.
Né d'amours ancillaires, ses origines le rattachent à la fois à l'aristocratie - du coté de son père - et à la paysannerie - du coté de sa mère. Il vécu à Budapest, même si ses origines terriennes resurgissent ici ou là dans son ?uvre, au gré des aller et retours vers la campagne qu'effectuent ses personnages, essentiellement citadins. Lui-même bon vivant, joueur, amateur de bonne chère, Krúdy excelle dans la description de la vie de la capitale, le pittoresque de ses quartiers et de leurs habitants. Il a beaucoup écrit, des romans, des nouvelles, une ?uvre qui a parfois été rattachée au réalisme magique.
C'est l'un des maîtres de Sandor Marai, qui lui rend hommage dans un texte encore inédit, Sindbad rentre chez lui.

empty